Le Voir Animal, février 2022 

Le voir animal porte sur le « voir » animal. Le terme « voir » y est abordé à partir de deux significations. La première, la vision, l’action de se représenter quelque chose. Dans cette partie, il est question de perception : étudier la vision des animaux et la façon dont ils perçoivent le monde. Dans la création artistique, simuler la vision animale est possible grâce à des techniques virtuelles. Nous pouvons alors nous interroger sur la vérité de notre monde, sur ce qui est réel et ce qui fait le réel. La seconde, un point de vue, une perspective, le résultat de la décision de voir. Lorsque nous regardons les animaux, ils nous regardent. Alors, est-ce que nous voyons les choses avec la même signification ? Selon le perspectivisme de Viveiros de Castro, les animaux se voient également comme des êtres humains. Ils sont des sujets avec leurs propres points de vue. Cette différence de perspective suppose l’existence d’une pluralité de représentations du monde. Ce tournant ontologique est une critique de l’épistémologie « représentation » fondée sur la dichotomie « nature/culture ». 
Les travaux scientifiques et anthropologiques nous poussent à changer de regard, à créer de nouveaux repères quant à la condition animale, et donc en même temps quant à la condition humaine. Face à ces sujets, l’humanité vit finalement aujourd’hui une grande crise d’identité, une perte de repère. Pouvons-nous accepter une coexistence des cultures humaines et non-humaines ? Comment la pratique artistique contemporaine s’affranchit-elle du narcissisme anthropocentrique et reconsidère-t-elle l’opposition entre culture et nature ?

Page 80
Format 135 x 236 mm

Laser et risographie
Reliure cousu collé